Transmission : Valoriser la Culture de l’Entreprise, c’est valoriser l’Entreprise !

Transmission : Valoriser la Culture de l’Entreprise, c’est valoriser l’Entreprise !

Transmission : Valoriser la Culture de l’Entreprise, c’est valoriser l’Entreprise ! 1920 1280 Gallys

Une des premières étapes à l’entame du processus de transmission d’entreprise est la valorisation de celle-ci. Alors que les experts présentent habituellement les enjeux sous le seul angle financier, ce processus est avant tout une aventure humaine. Chaque entreprise a ses us et coutumes, sa façon de faire et sa façon d’être sur son marché, auprès de ses clients. La culture d’entreprise, ce sont les codes et références communes au sein de l’entreprise.

Oublier de prendre en compte ces éléments risque de mettre à mal la transmission et de promettre au repreneur bien des soucis.

La culture est transversale à l’entreprise et elle intègre notamment son histoire, ses valeurs, ses symboles, ses rites,  son savoir-faire, ses codes de langage ou vestimentaires et son rapport à l’environnement.

Il est difficile voire impossible de fusionner deux cultures ou d’en imposer une nouvelle. Par contre, il est possible de faciliter l’émergence d’une culture renouvelée à partir de la culture existante et, ce faisant, l’on évite exclusions, frustrations et craintes.

Dans le cadre de la transmission d’entreprise, l’enjeu est le passage du témoin. L’approche est différente selon que l’on reprenne une entreprise familiale où quelques générations se sont succédées ou que l’on acquière une société récemment créée par un néo-entrepreneur qui y a investi toutes ses économies. Et si le repreneur est associé à un pur capital-risqueur, l’écart risque d’être encore plus important avec, le plus souvent, un profond climat d’inquiétude au sein du personnel de l’entreprise.

La satisfaction du client est un facteur déterminant de la réussite  de l’entreprise, et la relation entretenue se base sur un rapport de confiance. La compréhension et la mesure de cette relation sont primordiales pour le repreneur car elle est porteuse de valeurs, d’usages et autres composantes de la culture de l’entreprise qui parlent au client.

La clé du succès de l’opération de transmission, c’est l’ensemble du personnel. Le changement d’actionnariat accompagné le plus souvent par un nouveau management entraîne de légitimes inquiétudes face aux inévitables changements.  
L’incertitude occupe les esprits et freine ou dissipe les énergies qui devraient pourtant se concentrer sur du succès de la transition.

Le rôle de la nouvelle direction est donc de rassurer et de se porter garante de la pérennité de l’entreprise. Pour cela, elle doit utiliser le langage, les codes et autres particularités de la culture de l’entreprise afin que chacun ainsi reconnu puisse apporter sa meilleure contribution à la réalisation de l’objectif visé.

Le capital humain est aussi le capital « savoir-faire » indispensable à la bonne marche de l’entreprise. Comment celle-ci pourra-t-elle fonctionner si certains collaborateurs clés la quittent ?

La transmission d’entreprise est bel et bien une aventure humaine à enjeu financier, et chaque entreprise a sa propre culture.

Une meilleure connaissance de la réalité humaine de l’entreprise par l’acquéreur est une garantie de succès de la reprise et de la pérennité de l’entreprise.

La cession d’une entreprise se prépare en amont, et le cédant a tout intérêt à formaliser ce qui fait la culture de son entreprise car, ce faisant,  il en valorise l’image. Et en valorisant l’image de l’entreprise, il valorise l’entreprise !

Cette étape du processus appelle une méthode appropriée et, mieux encore, un œil extérieur. Le recours à un expert indépendant est vivement recommandé.

GALLYS vous accompagne dans cette démarche, n’hésitez pas à nous contacter.

Didier Camal